Energie : BOUGEZ-VOUS B*RDEL !

Crise climatique, énergétique, sociale et économique…

Stop à l’inaction de nos Gouvernements. L’improvisation ne peut plus être la règle. Exigeons d’urgence un VRAI plan d’actions énergie/climat en Belgique. Signez notre pétition et adressons un message fort à l’attention des autorités.

 Nous demandons que :

  • Les prix de l’énergie soient fixés, de manière stratégique, par l’Etat et non plus dictés par la spéculation du marché ;

  • Les partis politiques déterminent pour chaque année d’ici 2050 : (1) la quantité d’énergie que nous pouvons consommer et (2) la manière dont elle devrait être produite ;

  • Les citoyens puissent entériner, par référendum, ces objectifs qui engageront les gouvernements au-delà d’une mandature ; 

  • La création d’une autorité de contrôle indépendante qui surveillera le respect de la trajectoire et fera rapport tous les 6 mois à la population ;

1681 signatures

1681 signatures

2000 signatures

Non-assistance à personne en danger !

Plus qu’un danger, c’est déjà une réalité, qui ne fait que s’aggraver : crise climatique (tempêtes, inondations, vagues de chaleur et sécheresse, incendies…), crise énergétique (risque de black-out, dépendance géostratégique vis-à-vis de pays tiers…), crise sociale (difficultés pour s’éclairer ou se chauffer !) et bientôt, crise économique (fermetures d’entreprise et chômage) … Toutes des facettes d’un même problème – notre consommation d’énergie fossile – que les gouvernements feignent d’adresser. Or, regardons la réalité en face : les émissions CO2 ne diminuent pas, notre dépendance aux énergies fossiles est plus forte que jamais et le tissu économique et social connaît des tensions inégalées depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

Bougez-vous b*rdel

Stop au déni, aux effets d’annonce, aux petites phrases, aux jeux politiques… Nous appelons tou(te)s les hommes et femmes politique à se rassembler, au-delà des luttes partisanes, des dogmatismes ou de la défense d’une classe particulière pour enfin s’attaquer au problème et de défendre le « pouvoir de vivre » de chacun et chacune d’entre nous. Le problème ne va pas disparaître par miracle. Les vagues reviendront, toujours plus fortes, si on ne change pas de méthode, de système !

Un prix stratégique pour protéger citoyens, non-marchand et entreprises

Les règles classiques de fixation des prix ne sont pas adaptées à des besoins aussi essentiels et stratégiques que se chauffer et s’éclairer. Nous avons besoin d’un Etat « stratège » qui protège ses citoyens (sans attendre) face « aux yoyos » du marché et crée les conditions permettant la transition.

Quand le système ne fonctionne pas, il faut avoir le courage de le changer. Nous demandons aux autorités qu’elles sortent les prix énergétiques de la logique pure du marché et les pilotent à court et long terme. Si l’Europe ne bouge pas, il déjà possible d’avancer au niveau national pour fixer un prix (ou une fourchette de prix / sur tout ou partie de la consommation).

Des objectifs de consommation et de production énergétique clairs et chiffrés

Nous demandons à tous les partis de se rassembler pour définir pour chaque année d’ici 2050 la quantité d’énergie que nous pouvons consommer en Belgique et la manière dont elle doit être produite. Sans une feuille de route chiffrée, pragmatique et crédible, nous n’atteindrons jamais les objectifs de diminution de CO2 que nous nous sommes fixés et nous allons encore connaître des problèmes d’approvisionnement et les drames économiques et sociaux qui en découlent.

Un « Pacte Énergétique » qui contraint les politiques, au-delà d’une mandature

Ces objectifs doivent s’imposer aux politiques, au-delà d’une mandature ou d’une coalition. Les gouvernements doivent garder le choix des moyens pour atteindre l’objectif mais pas de diminuer l’ambition finale ni de reporter l’effort. Pour ce faire, nous demandons que l’ensemble des objectifs soient coulés dans un Pacte contraignant. Pour lui garantir un maximum de légitimité démocratique, nous pensons qu’il devrait, idéalement[1], être soumis par référendum à la population. Nous pensons qu’il faut en effet arrêter de prendre les citoyens pour des c*** ou des enfants gâtés ! C’est un choix de société dont l’avenir de tout le monde dépend, tous les citoyens doivent donc être concernés !

[1] Il ne faut pas attendre d’avoir (pu) organisé le référendum pour entériner les objectifs.

Une autorité de contrôle indépendante

Le respect de la trajectoire devra être surveillé par un organisme indépendant (disposant de suffisamment de moyens d’analyse et de communication), composé d’experts qui feront rapport, tous les 6 mois, directement à la population. Ces experts émettront des avis et des recommandations concrètes aux différents parlements.

Afin d’initier le mouvement, Les Engagés ont défini une vision qu’ils sont prêts à discuter avec toutes les forces vives et les citoyens

Au niveau du prix de gaz (et donc indirectement de l’électricité), Les Engagés proposent de baser, immédiatement, le calcul de la facture énergétique sur un prix du gaz à 100 EUR/MWH.

Au niveau de la consommation et de la production énergétique, pour allier sécurité d’approvisionnement, maîtrise de coûts et indépendance géostratégique, Les Engagés ont proposé une stratégie que l’on peut résumer en 4 fois 25% :

  1. 25% de diminution nette de la consommation énergétique (par rapport à 2022);
  2. 25% d’énergies renouvelables (soit 5 fois plus qu’actuellement) ;
  3. 25% d’énergies neutres ou neutralisées (10% d’hydrogène, 10% de biomasse/biogaz, 5% de compensation / capture)
  4. 25% d’énergie nucléaire (soit 2,5 fois plus qu’actuellement).

Ces propositions sont une base de travail qu’ils sont prêts à discuter avec toutes les forces vives (partis, partenaires sociaux, ONG…).

 

Signer la pétition

Je signe la pétition parce que...