La culture et l’éducation pour tous

Orientation réussite : Mieux préparer les élèves de fin de secondaire aux études supérieures

Nous voulons réduire l’échec au début de l’enseignement supérieur en favorisant une organisation de l’enseignement qui permet aux élèves de s’orienter progressivement dans leur choix d’études supérieures. Nous souhaitons également introduire des méthodes d’apprentissages plus proches de l’enseignement supérieur au sein des dernières années de l’enseignement obligatoire de transition et s’assurer, au début de l’enseignement supérieur, que les étudiants disposent des compétences nécessaires à leur réussite.

 

6/10
Étudiants abandonnent ou échouent en première année du supérieur.
76%
Des élèves sortants de l’enseignement secondaire d’années diplômantes du CESS en 2013-2014 qui accèdent à l’enseignement supérieur dans les 3 ans suivant leur sortie.

Ce que nous proposons

Les méthodes d’enseignement en fin de secondaire évolueront progressivement vers des modes d’enseignement axés sur l’autonomie et la responsabilité aux élèves comme la présentation de rapports et recherches individuels, l’apprentissage de l’argumentation personnelle écrite et orale, les travaux de groupes afin de préparer aux méthodes de l’enseignement supérieur.

Un test d’auto-évaluation obligatoire sera organisé au début de l’enseignement supérieur afin de permettre à chaque étudiant de vérifier sa maîtrise des prérequis disciplinaires et des compétences transversales, comme la maîtrise de la langue française, la capacité de compréhension de textes et de synthèse ou la connaissance des outils numériques nécessaires, à la réussite des études choisies. L’étudiant dont le test révèlera des lacunes aura accès à des activités de remédiation.

Le premier quadrimestre de la première année du supérieur comportera en outre prioritairement des activités pédagogiques favorisant un renforcement des compétences transversales, disciplinaires et numériques. Ces activités pédagogiques pourraient être prises en charge par des enseignants du secondaire. Les étudiants ayant de nombreux échecs lors de la session d’examens de janvier consacreront le second quadrimestre à des activités de remédiation et de réorientation afin de les réinscrire dans une dynamique de réussite.

Pourquoi ?

  • Le taux de réussite en première année de l’enseignement supérieur est faible : 39 % dans les Hautes Écoles et 34 % dans les Universités. Ces échecs ont un impact social important et sont principalement dus à une mauvaise orientation ;
  • Le Pacte pour un Enseignement d’excellence a abouti à la mise en place progressive d’un tronc commun polytechnique et pluridisciplinaire de la maternelle jusqu’à la troisième secondaire. Comme les élèves auront acquis un socle commun de savoirs et de compétences plus larges, il est essentiel de favoriser une orientation progressive durant la fin du secondaire.

Découvrir nos autres propositions