Un Etat efficace dans une démocratie apaisée et sécurisée

Moins de Ministres, moins de Cabinets : Réduire le nombre de ministres et supprimons progressivement les cabinets

Nous voulons réduire le nombre de ministres et mettre fin aux cabinets ministériels pléthoriques afin de rendre à l’administration son rôle, en la responsabilisant, en la motivant et en la dépolitisant.

48
Nombre de ministres et secrétaires d’Etat en Belgique
81
Nombre de membres du cabinet du Ministre-Président bruxellois
28
Ministres et secrétaires d’Etat francophones

Pourquoi ?

  • Les gouvernements comprennent trop de ministres qui ont souvent trop peu de compétences. Cela conduit à un éclatement des responsabilités et un manque de coordination. Cela favorise aussi une hausse des dépenses publiques, chaque ministre voulant disposer d’un budget lui permettant de développer des politiques nouvelles.
  • Aujourd’hui, les cabinets sont hypertrophiés et les administrations souvent démotivées. La taille des cabinets est « justifiée » par la politisation et la faiblesse des administrations. La démotivation de l’administration est expliquée par la confiscation d’une partie de son rôle et de ses membres par les cabinets. Cette situation est préjudiciable aux citoyens et à la bonne gestion, notamment parce que les cabinets sont souvent plus préoccupés par la prochaine échéance électorale que par le moyen ou le long terme et parce qu’ils ne disposent pas de la même expertise que l’administration.
  • L’administration doit retrouver un rôle de prospective, de proposition et d’exécution de la politique décidée avec elle. L’administration doit se sentir respectée dans son expertise, tandis que le politique doit pouvoir faire confiance à une administration dépolitisée.

Ce que nous proposons

Les gouvernements des entités fédérées seraient limités à 5 ministres. Celui de la Communauté française serait composé de deux ministres de la Région wallonne et deux de la Région bruxelloise et être présidé par le Ministre-président wallon pendant une moitié de la législature et par le Ministre-Président bruxellois durant l’autre. Les cabinets seront progressivement supprimés et remplacés par une cellule stratégique restreinte à quelques collaborateurs directs. Le numéro 1 de chaque administration sera choisi en début de législature par le ministre, tandis que le reste de l’administration sera dépolitisée.

Découvrir nos autres propositions