Une économie au service d’une vie de qualité

Le juste prix de la terre et de son travail : garantir une rémunération équitable aux agriculteurs

Nous voulons assurer une juste rémunération pour ceux qui nous nourrissent tout en évitant des hausses de prix pour les consommateurs afin qu’ils ne se détournent pas de cette production locale. Nous souhaitons également garantir un accès à la terre aux jeunes agriculteurs qui désirent se lancer dans le métier et ainsi réussir le renouvellement des générations.

55 ans
L’âge moyen d'un chef d’exploitation en Wallonie en 2020. Plus d’un sur deux a plus de 55 ans. Cette moyenne augmente d’un an tous les 10 ans.
12.670
Nombre de fermes en Wallonie fin 2022. Depuis 1990, on a assisté à une réduction de 57% du nombre d’exploitations.
36.368€
Prix moyen à l’hectare des terrains agricoles non bâtis en 2022.

Ce que nous proposons

Un dispositif inspiré des lois françaises Egalim encadrera la fixation du prix et la répartition des marges à chaque étape de transformation et prévoira des sanctions en cas de non-respect des accords par la grande distribution. Les aides financières prévues dans le cadre de la PAC (Politique agricole commune) seront indexées. Dans l’attente de ce dispositif, l’Observatoire des prix sera doté d’un pouvoir d’intervention lorsque certains acteurs de la chaîne alimentaire abusent de leur position dominante pour augmenter leurs marges bénéficiaires au détriment des producteurs agricoles.

La Région et les communes disposeront d’un droit de préemption sur les terres agricoles afin d’éviter tout accaparement des terres par des non-agriculteurs, notamment les enseignes commerciales, afin de les mettre à disposition de jeunes agriculteurs.

Pourquoi ?

  • Depuis des années, le revenu de l’agriculteur sert de variable d’ajustement dans la fixation du prix des produits. Les autres acteurs de la chaine alimentaire, les transformateurs et les distributeurs, conservent leurs marges bénéficiaires et reportent sur les agriculteurs la totalité de l’effort de compression des prix ;
  • Le monde agricole est confronté à un important défi du renouvellement des générations, seul un exploitant de 50 ans et plus sur cinq déclare avoir un successeur. Ces exploitants représentent plus de 68% des exploitations wallonnes et détiennent 53% de la surface agricole utilisée (SAU) ;
  • Afin d’assurer l’avenir de l’agriculture wallonne, il est impératif de soutenir les jeunes candidats à la reprise de ces exploitations. Pour cela, il convient de prendre le temps de repenser la formation afin de mettre les enjeux du climat et de la biodiversité au cœur des apprentissages ;
  • Vu l’importante augmentation du prix des terres agricoles, il faut mettre en place des outils de soutien financier pour permettre aux jeunes candidats de disposer d’une aide financière, mais également, d’une expertise technique pour la reprise des exploitations.

Découvrir nos autres propositions