Une économie au service d’une vie de qualité

Agriculteur et fier de l’être : Mieux respecter les agriculteurs

Le monde agricole est trop souvent caricaturé alors qu’il mérite tout notre respect et notre soutien. Nos producteurs sont soumis aux règles de productions les plus sévères du monde.  Ils remplissent de nombreuses missions au service de la collectivité en préservant nos paysages, notre nature et garantir une nourriture de qualité. Nous voulons qu’il soit mieux valorisé, que sa charge administrative soit réduite et qu’il soit protéger de la concurrence déloyale.

2.010
Nombre de fermes sous contrôle bio en Wallonie au 31 décembre 2022, soit 16% des fermes wallonnes
12.670
Nombre de fermes en Wallonie, fin 2022. Depuis 1990, on a assisté à une réduction de 57% du nombre d’exploitations
58,3 hectares
Superficie moyenne d’une exploitation en Wallonie

Pourquoi ?

  • Les agricultrices et les agriculteurs font face à des attentes de plus en plus nombreuses des consommateurs et à des exigences environnementales croissantes imposées par les pouvoirs publics. Les efforts déjà consentis par les agriculteurs pour répondre à ces attentes ne sont pas reconnus à leur juste valeur.
  • Pour rester supportables, ces nouvelles attentes – légitimes en soi – doivent s’accompagner d’une rémunération juste et équitable des agricultrices et agriculteurs. Sans une trajectoire claire, la production agricole nationale ne sera plus viable, disparaîtra ou se délocalisera, avec comme conséquence directe, la perte de notre souveraineté alimentaire.
  • En Wallonie, nos agriculteurs ont été confrontés à une déferlante de nouvelles règles, souvent pensées sans tenir compte de la réalité de terrain. Ils ont dû assimiler deux versions différentes de la PAC en deux ans (2022 et 2023) et les documents étant rendus publics en fin d’année, il était bien trop tard pour effectuer leurs choix agronomiques. Avec les autres normes en vigueur, ils doivent connaître et appliquer plus de 2000 pages de règlements.
  • L’agriculture européenne est soumise aux standards de production les plus élevés au monde (alimentaires, environnementaux et sociaux) mais dans le même temps, l’Union européenne ouvre son marché agricole à la concurrence de produits importés depuis l’autre bout de la terre avec des standards et des conditions de production bien moins élevés.

Ce que nous proposons

Pour réhabiliter l’agriculture et consolider sa fonction nourricière première, mais également ses fonctions environnementales et sociétales, nous proposons la conclusion d’un nouveau Contrat agricole et alimentaire, qui engagerait les consommateurs, les producteurs et les pouvoirs publics. Dans le cadre de ce contrat, la charge administrative des agriculteurs sera allégée et la cohérence entre les normes s’appliquant à eux sera vérifiée.  Les agents chargés des questions agricoles dans la fonction publique réaliseront des stages immersifs dans les exploitations agricoles afin de mieux appréhender la réalité professionnelle du secteur.

Les importations agricoles ou alimentaires provenant de pays extra-européens seront conditionnées au respect de de normes et de conditions de production similaires à celles en vigueur en Belgique. Tous les accords commerciaux internationaux doivent intégrer des clauses miroirs afin de ne pas créer de distorsion de concurrence.

Découvrir nos autres propositions