Une place pour chacune et chacun

Une Union sur la migration : Gérer de manière cohérente et humaine les flux migratoires au niveau européen

Nous voulons une gestion cohérente et humaine des flux migratoires. Nous proposons une approche pragmatique et globale, tout en étant humaine et respectueuse des personnes et incluant la coopération avec les pays d’origine, les pays voisins du pays d’origine, l’harmonisation à l’échelle européenne du droit d’asile, la mise en œuvre stricte des conditions d’accueil et l’aide au développement.

28.000
Personnes migrantes ayant perdu la vie en traversant la mer Méditerranée en moins d'une décennie
388.000
Entrées irrégulières enregistrées aux frontières extérieures de l’Union européenne en 2023

Pourquoi ?

  • La Belgique ne pourra pas gérer seule l’afflux de migrants. Il est nécessaire de passer par des solutions harmonisées entre les 27 États de l’UE ;
  • Trop de personnes meurent en Méditerranée en essayant de rejoindre l’Europe sur des embarcations de fortune. Cela fait le jeu des trafiquants. Nous voulons développer les couloirs humanitaires pour offrir une possibilité de migration plus sûre et mieux contrôlée et éviter les voyages sur des embarcations de fortune en Méditerranée, qui ont déjà provoqué un très grand nombre de morts, parmi lesquels de nombreux enfants.

Ce que nous proposons

Un Pacte européen sur la migration sera adopté au niveau européen afin d’assurer une prise en charge cohérente et harmonisée par l’ensemble des États-membres des flux migratoires. Ce pacte devra assurer un traitement efficace et humain. Il devra garantir le respect des droits fondamentaux des personnes migrantes, dont l’interdiction de l’enfermement des familles avec enfants mineurs. Il devra imposer que les accords conclus entre l’UE et les pays tiers visant à gérer les flux migratoires respectent également les droits fondamentaux des personnes migrantes.

L’UE et/ou la Belgique pourront également mettre en place des couloirs humanitaires, en collaboration avec les organisations civiles dans les pays d’où proviennent de nombreux migrants (généralement des pays en guerre) afin d’offrir une possibilité de migration plus sûre et mieux contrôlée.  Il s’agit de mettre en place des postes à l’étranger pour déterminer si les candidats migrants sont en situation de vulnérabilité (victimes de persécutions, tortures et violences, familles avec enfants, personnes handicapées…) et leur offrir la possibilité de venir en Belgique par des voies plus sûres. Des partenariats avec les associations de terrain, comme Sant‘Egidio par exemple, seront créés afin de faciliter l’identification des ces personnes.

Il faut également s’appuyer sur l’Agence européenne d’asile et l’Agence européenne de protection des frontières (FRONTEX) qui disposent de mandats renforcés et de capacités techniques opérationnelles pour épauler les autorités nationales sur le terrain.

Découvrir nos autres propositions