Une place pour chacune et chacun

Non à la haine : Rendre inéligible les personnes répandant des discours de haine

Nous voulons lutter contre les discours de haine sur les réseaux sociaux et insister sur le rôle d’exemple que doivent avoir les représentants du peuple.

7.310
Signalements enregistrés par UNIA en 2022 pour discriminations, discours ou actes de haine
1/3
Des discriminations sont fondées sur des critères "raciaux" en Belgique
6e
Place de la Belgique au sein des pays d’Europe ayant le plus de personnes de couleur de peau noire déclarant avoir été victimes de discrimination au cours des 12 derniers mois

Pourquoi ?

  • Sur les réseaux sociaux, les discours haineux se propagent de plus en plus, et les conflits internationaux qui divisent les opinions ne font qu’aggraver ce problème. Cela s’ajoute aux soucis liés au harcèlement individuel en ligne ;
  • Empêcher ceux qui propagent des discours de haine d’être éligibles protège les droits fondamentaux en signalant un engagement envers la dignité, la non-discrimination et la sécurité de tous les citoyens ;
  • L’inéligibilité en raison de discours de haine favorise la tolérance et la diversité, affirmant l’importance d’une coexistence pacifique entre des individus aux origines, croyances et orientations variées ;
  • L’inéligibilité des propagateurs de discours de haine préserve la cohésion sociale en évitant la propagation de messages divisifs et haineux.

Ce que nous proposons

Les personnes répandant des discours de haine, conformément à l’article 33 du Code pénal, seront frappés d’une peine d’inéligibilité. Dans le cas où celles-ci sont élues d’un parti politique, ce parti perdra une partie de son financement public s’il ne procède pas à leur exclusion.

Découvrir nos autres propositions